29 Mai, manif anti-culture-torture, et après ?

Publié le par Pression Ethique Anti Corrida Europe

CHARB-CHARLIE-HEBDO-CORRIDA-LES-PUCES

 

dESSIN DE CHARB. COPYRIGHT CHARLIE HEBDO

 

 

Reçu de Luce LAPIN qui nous demande d'acheter CHARLIE HEBDO demain mercredi 1er Juin.

 

De : CRAC Europe <craceurope@gmail.com>
Date : 29 mai 2011 12:26:15 HAEC
Objet : 1 200 personnes pour dénoncer la corrida au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de la France
Répondre à : craceurope@gmail.com
Paris, 28 mai : 1 200 personnes réunies pour dénoncer la corrida au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de la France
 
Samedi 28 mai dans l’après-midi, devant quelque 1 200 personnes, plusieurs personnalités ont pris la parole pour dénoncer l’inscription de la torture tauromachique au patrimoine culturel immatériel de la France. Se sont ainsi exprimés dans ce sens les députés Muriel Marland-Militello (UMP), Gérard Bapt (PS), Yves Cochet (EELV), le sénateur Roland Povinelli (PS), Julien Bayou, directeur de campagne d’Éva Joly (EELV), et la chanteuse Stone. Mylène Demongeot était également présente. Par ailleurs, une délégation de cinq représentants — Muriel Marland-Militello, Roland Povinelli et J.-P. Garrigues pour la France, Marta Esteban, de la plate-forme ¡La tortura nos es cultura ! pour l’Espagne, et Marius Kolff, directeur du CAS International, Comité anticorrida, pour les Pays-Bas — du collectif Non à la honte française !, initié par le CRAC Europe, et qui regroupe, pour la première fois dans la lutte anticorrrida, 160 associations, françaises et étrangères, a été reçue pendant plus d’une heure au ministère de la Culture par trois conseillers de Frédéric Mitterrand.

 Dans le même temps, des manifestations coordonnées ont eu lieu à Bordeaux, Clermont-Ferrand, Lyon, Metz, Montpellier, Rennes, Toulouse et Nice.

Pour l’instant, la corrida reste inscrite au patrimoine culturel immatériel de la France. Les conseillers du ministre ont reconnu d’une part que notre action citoyenne désorganisait leur service, et que, d’autre part, les conditions de cette inscription étaient très discutables, car sans aucune transparence ni aucune démocratie. Un décret ministériel est d’ailleurs en préparation pour changer les règles d’inscription au patrimoine culturel immatériel de la France.

Nous allons évidemment intensifier nos actions en direction du ministère, sous différentes formes, afin de désorganiser encore plus le fonctionnement d’un ministère qui se moque de l’immense majorité des citoyens français.
 
Jean-Pierre Garrigues
Vice-président du CRAC Europe
Comité Radicalement Anti Corrida pour la protection de l’enfance
sous association loi 1908 (siège à Strasbourg)
Animateur du collectif Non à la honte française !
06 75 90 11 93

Publié dans Patrimoine immatériel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article