Bloody culture ! Mme Marland Militello saisit le Sénat et l'Assemblée Nationale

Publié le par Pression Ethique Anti Corrida Europe

patrimoine-culturel-immateriel

 

http://marland-militello.fr/2011/05/04/patrimoine-culturel-immateriel-laffaire-du-parlement/

 

Je viens de saisir officiellement par courrier M. Frédéric MITTERRAND, Ministre de la Culture et de la Communication ainsi que Messieurs. Gérard LARCHER, Président du Sénat, et Bernard ACCOYER, Président de l’Assemblée nationale.

Dans mon courrier au Ministre de la Culture, j’ai  demandé une nouvelle fois l’annulation de la décision d’inscrire la corrida au patrimoine national, décision choquante anti-culturelle prise par un quarteron de technocrates en toute opacité.

Attachée à la transparence, exigence démocratique, je veux également que soient rendus publics les noms et qualités des personnes qui ont pris la décision relative à la tauromachie au sein de la mission ethnologie du ministère de la culture et de la communication.

En parallèle, je demande au Ministre et aux Présidents des deux chambres du Parlement, de moderniser la procédure d’inscription au patrimoine culturel immatériel, pour la rendre plus transparente et plus démocratique.

Je veux que chaque inscription au patrimoine culturel national soit validée ou non par les commissions de la culture du Sénat et de l’Assemblée nationale, bien-sûr avec effet rétroactif.

En effet, la définition de ce qui appartient au patrimoine culturel national, donc à l’identité nationale, relève non pas d’une obscure commission mais bien des représentants de la Nation, élus par le Peuple.

Texte de la lettre adressée à Frédéric Mitterrand le 3 mai 2011

Monsieur le Ministre,

Permettez-moi de vous alerter sur l’inscription par vos services de la tauromachie à l’inventaire national du patrimoine culturel immatériel.

En effet, vendredi 22 avril dernier la France entière a appris avec stupeur qu’une commission d’ethnologues avait décrété que la tauromachie ferait désormais partie du patrimoine culturel français.

Cette décision, prise en toute opacité, a choqué la grande majorité de nos compatriotes qui s’indignent que l’on puisse leur imposer une cruauté (d’ailleurs reconnue par notre code pénal) en tant que patrimoine culturel.

Cette décision est mauvaise sur la forme comme sur le fond ; elle appelle à modifier profondément la procédure d’inscription à cet inventaire afin de la rendre plus transparente et plus démocratique.

S’agissant de la forme, il n’est pas normal que cette décision ait été tenue secrète depuis plusieurs mois (la décision a été prise en janvier et annoncée publiquement le 22 avril). Il n’est pas non plus normal qu’il n’y ait pas plus de transparence sur les travaux de cette commission ethnologie. Aussi je vous demande de bien vouloir me communiquer la liste des noms et qualités des personnes qui ont pris cette décision regrettable.

S’agissant du fond, le patrimoine culturel est ce qui réunit les Français, ce qui constitue leur identité nationale. Ce n’est pas ce qui les oppose. La culture est ce qui élève l’Homme. Ce qui flatte les instincts les plus vils de l’Homme est donc la négation de la culture. La corrida est donc la négation de la culture. Je compte donc sur votre action pour stopper l’infamie que constitue l’inscription symbolique de ces pratiques d’un autre âge. Accepter d’inscrire une barbarie au rang de culture serait un grave recul de civilisation.

Comment d’ailleurs une pratique passible de deux ans d’emprisonnement et de 30000 euros d’amende sur la quasi-totalité du territoire national, pourrait-elle être élevée au rang de culture nationale parce qu’elle est autorisée à titre dérogatoire dans quelques localités ?

Enfin cet incident a mis en exergue la nécessité qui s’attache à réformer la procédure d’inscription afin de la rendre plus transparente et plus démocratique. S’agissant d’un patrimoine culturel national, il me paraît en effet indispensable que l’inscription doive être validée par les commissions des affaires culturelles de l’Assemblée nationale et du Sénat.

 

M. Marland Militello

Commenter cet article