José Tomas, la réapparition d'un tueur

Publié le par Pression Ethique Anti-Corrida Europe

Là où la France bave devant sa nouvelle culture torture, les Espagnols sortent d'un long cauchemar de plusieurs siècles...
Vous me direz, ça nous change de la culture cul ! ça doit être l'effet Nafitassou Dialo qui a refusé d'être chevauchée par le taureau  !

 

Qu'on foute donc la paix aux animaux...

 

 

José Tomás, la reaparición de un matarife

“Decíamos ayer” – con muy poca convicción – que tal vez tu encuentro en México con Navegante, hace ya más de un año, haría que a partir de ese momento dejases de surcar aguas tan rojas como a las que estabas acostumbrado. Fue una equivocación, José Tomás, has regresado  a ese mismo mar de arena en el que los que obligatoriamente han de acompañarte en cada travesía, la comienzan con sus pisadas dirigidas por un cerebro vivo y la finalizan convertidos en la huella dejada por un cuerpo desvencijado que es arrastrado. Ese es tu cometido, marinero siniestro, llevar a los vivos a una muerte prematura. Qué papel tan mezquino escogiste para representar durante tu existencia y qué a gusto te encuentras en él.

 

Los medios de comunicación se han entregado a fondo en la difusión de tu reaparición en Valencia en lo que además de la labor informativa, también forma parte de una operación publicitaria repetida para salvar in extremis a un paciente que sólo parece alentar con el suero de tu presencia, retornando cuando tú desapareces  a lo que no si no es su muerte – donde de ser por sus propios medios llevaría ya mucho tiempo – es porque lo mantienen en una constante agonía subvencionada rota tan solo cuando se escribe tu nombre en la lista de verdugos y el de algún otro tan capaz de alimentar morbo, filias y fobias como tú, características imprescindibles para llenar alguna vez una plaza y siempre vuestros bolsillos.

 

En el coso valenciano te esperaban aficionados a la tauromaquia, tomasistas incondicionales – de esos tan necesarios para alimentar tu inconmensurable ego – personajes que nunca se pierden un acontecimientos como éste por aquello del “dónde y con quién debe ser uno visto”, y la habitual colección de famosos que van cuando tú vas, porque más que la tauromaquia lo que a ellos les seduce es la foto allí donde saben que no van a faltar las cámaras. Y para todos ellos toreaste José Tomás, arrancando tanto elogios como enfados en función no de tu faena, sino de la mayor o menor incondicionalidad de cada uno, pues hay quienes no te soportan y otros que se revolcarían sobre tus heces. La cuestión es que satisfechos o disgustados, todos ellos salieron por su propio pie de la plaza, algo que no se puede aplicar a los toros a los que torturaste y mataste. Para estos animales no existe la gloria o el fracaso del hombre, sino su padecimiento y su muerte en nombre del espectáculo y del negocio. Y esa es la realidad por encima de todo, torero, que ayer acudiste a Valencia a acabar con la vida de criaturas inocentes y lo hiciste, como siempre, sin compasión ni remordimientos.

 

Y ahora parece que la más grave y trascendental de las discusiones es saber si te merecías o no la segunda oreja, esa que el Presidente de la corrida te negó. Ya ves tú: le desgarras músculos y tendones a un animal vivo, le atraviesas vísceras, le provocas hemorragias y un dolor espantoso, lo llevas a una muerte lenta y terrible, y el asunto se reduce a saber si su mutilación posterior tendría que haber sido un poco más o menos. Algo así sólo nos traslada la ruindad moral de quienes permiten, alientan y practican una atrocidad de tal envergadura, y de cómo un crimen cobarde se puede vender – con el apoyo económico y mediático adecuados – como una tradición digna, necesaria y hasta sublime.

 

Ahora que corra la tinta en términos como naturales, manoletinas, verticalidad o quietud; que alcancen algunos si así lo desean el paroxismo de la aberración con las descripciones que te han brindado: “José Tomás, el mesías redivivo” o “el ser humano que reúne los ideales aristotélicos del héroe”. Pueden decir cuanto quieran, que por encima de apreciaciones subjetivas y de adulaciones harto apetecidas por un personaje con dosis tan elevadas de endiosamiento y soberbia como las tuyas, más allá de toda esa parafernalia perversa, lo que es tan real como incontestable utilizando la razón y la ética que debería de mostrar el ser humano en el Siglo XXI, es que no constituyes más que un trágico ejemplo de cómo la crueldad y la ambición pueden enfundarse – legitimándose de paso – en un traje de luces para embadurnarlo con la sangre de las víctimas que van dejando a su paso. Tal eres tú: un semidios para algunos, pero para muchos más, no lo olvides, un individuo que se recrea espiritual y materialmente en el sufrimiento ajeno. Eso se llama sadismo interesado. Hay numerosos  paradigmas de personalidades así a lo largo de la historia, hoy casi todas ellas desenmascaradas y despreciadas. Y no te aferres a la mentira de que  tus seguidores dignifican tu comportamiento, pues compartes ignominia con actividades humanas todavía consentidas en algunos lugares del planeta y que cuentan también con su correspondiente afición cada vez que se producen: las peleas de perros o las lapidaciones humanas son un par de ejemplos que ilustran lo que te digo, “maestro”.

 

Sólo una cosa más, matador: observo en muchas de las fotografías que te realizan una mirada perdida hacia el infinito que al menos a mí, se me antoja bien entrenada para esa imagen que pretendes ofrecer de ser ensoñador con un destino reservado para unos pocos: los escogidos. Tú sabrás qué es lo que realmente se esconde detrás de esa pose estudiada de romántico visionario, pero hay algo que te puedo confirmar: los ojos de los toros que matas cuando bajas de ese etéreo pedestal para empuñar el acero y convertirte en un despiadado matachín, están velados para siempre porque tú los cegaste sin importarte que ellos, al igual que el “gran José Tomás”, sientan la legítima necesidad de vivir, relacionarse, reproducirse y disfrutar de una libertad que les has arrebatado para siempre. Y lo más estremecedor es que cada noche duermes tranquilo, torero.

 

Julio Ortega Fraile

Delegado LIBERA! Pontevedra

 

jose-tomas-torero-espagnol

 

TRADUCTION GOOGLE. Qui aurait le temps d'en sortir un texte correct ?

 

Joseph Thomas, la réapparition d'un tueur
Posté par Pilar Izquierdo Julio Ortega Teruel Fraile et dans le 24/7/2011 sociopolitiques | 35 commentaires
"Nous avons dit hier" - avec une conviction très peu - peut-être de vous rencontrer au Mexique Navigator, depuis plus d'un an, ferait de l'époque de la voile les eaux dejases rouge comme ils le faisaient. C'était une erreur, José Tomás, sont retournés à la même mer de sable dans lequel ils doivent nécessairement vous accompagner à chaque voyage, à commencer par ses traces dirigé par un cerveau vivant et transformé pour terminer la piste laissée par un corps meurtri en cours d'élaboration. C'est votre réclamation marin d'emplois, la vie à entraîner des décès prématurés. Quel est le rôle que vous choisissez pour représenter si méchant dans votre vie et le confort que vous êtes dedans.

 

Les médias ont été soumis à financer la diffusion de votre retour à Valence, ainsi que leurs rapports fait également partie d'une campagne publicitaire in extremis répétées pour sauver un patient qui ne semble vous encourager avec du sérum la présence, de retour lorsque vous disparaissent pour ne pas, si sa mort - où être sur vos propres prendre un certain temps - c'est parce qu'ils gardent à l'agonie constante rompu subventionnés seulement quand ils écrire votre nom sur la liste des bourreaux et quelques autres morbides capable de nourrir, aime et n'aime pas que vous, ont des caractéristiques à remplir un carré une fois pour toutes vos poches.

 

Valence dans le ring vous attend pour les aficionados tauromachie, prenez inconditionnels - comme nécessaires pour nourrir votre ego incommensurable - des personnages qui ne manquent jamais un événement comme celui-ci pour ce que le «où et avec qui il faut être vu», et l'habitude collection de célébrités aller quand vous aller, parce que plus de la tauromachie ce qui les intéresse est l'image de l'endroit où ils savent qu'ils ne manqueront pas les caméras. Et pour tous Tomás toreaste José, en tirant les deux louange et la colère en termes non pas de votre tâche, mais le degré de caractère inconditionnel de chacun, puis il ya ceux qui soutiennent que vous et d'autres qui revolcarían sur votre tabouret. Le point est que heureuse ou contrariée, qui ont tous laissé sur leurs propres pieds dans le carré, qui ne peut être appliquée à des taureaux qui torturent et tuent. Pour ces animaux, il ya pas de gloire ou l'échec de l'homme, mais sa maladie et la mort au nom de divertissement et d'affaires. Et c'est la réalité, surtout, torero, hier, vous êtes allé à Valence pour prendre la vie d'innocentes créatures, et vous avez fait, comme toujours, sans pitié ni remords.

 

Et maintenant il semble que la discussion la plus sérieuse et profonde est de savoir si ou non vous avez mérité la deuxième oreille, que le Président de la course que vous avez refusé. Vous vous voyez: vous déchiré les muscles et les tendons d'un animal vivant, vous passez par l'intestin, elle provoque des saignements et des douleurs atroces, vous le prenez à une mort lente et terrible, et la question revient à savoir si votre mutilations poste aurait dû être une plus ou moins. Quelque chose comme ça ne prend que nous la dépravation morale de ceux qui permettent, encouragent et la pratique d'une atrocité d'une telle ampleur, et comment un crime lâche peut être vendu - avec le soutien financier adéquat et des médias - comme une tradition digne, nécessaire et même sublime.

 

Maintenant que les bavures dans les termes tels que manoletinas naturelle, verticale ou l'immobilité, qui permettent d'atteindre une certaine s'ils veulent un paroxysme de l'aberration avec les descriptions que vous avez donnée, «Joseph Thomas, le messie ressuscité" ou "l'être humain Aristote répond idéaux du héros. " Ils peuvent dire tout ce qu'ils veulent, qu'au-dessus des jugements subjectifs et flatteur nourris souhaitée par un personnage avec de telles doses élevées de l'orgueil et l'arrogance comme le vôtre, au-delà tout ce que l'attirail du mal, qui est aussi réel que la raison et l'aide incontestable éthique qui montrent l'être humain dans le XXIe siècle est qu'elle ne constitue un exemple tragique de la cruauté et l'ambition peuvent se glisser dans - légitimée par la voie - dans un costume de torchis le sang des victimes Ils laissent dans leur sillage. Peut-être vous êtes: un demi-dieu pour certains, mais pour beaucoup d'autres, ne pas oublier, une personne qui se complaît dans la souffrance spirituelle et matérielle des autres. C'est ce qu'on appelle le sadisme intéressés. Il ya de nombreux paradigmes et des personnalités à travers l'histoire, aujourd'hui, presque tous démasqués et méprisé. Et ne pas s'accrocher au mensonge que vos disciples dignité de votre comportement, qu'ils partagent avec la disgrâce des activités humaines toujours consensuelles dans certaines parties de la planète et ont aussi leurs fans respectifs à chaque fois qu'ils se produisent: les combats de chiens ou de la lapidation humaine sont deux exemples qui illustrent ce que je dis, «enseignant».

 

Juste une dernière chose, le tueur: J'observe dans la plupart des photographies que vous faites un regarde vers l'infini au moins pour moi, me semble bien formés pour offrir cette image vous avez l'intention d'être un rêveur avec un sort réservé aux quelques-uns: choisi. Vous savez ce qui se cache derrière les visionnaires romantiques étudiées posent, mais quelque chose que je peux confirmer: l'oeil de taureaux quand vous tuez le faible éthérée au socle en acier manier et devenir un Matachín impitoyable, sont voilées pour toujours parce que vous cegaste sans se soucier que, comme le "grand José Tomás», éprouvent le besoin de vivre une véritable, de socialiser, de jouer et profiter de la liberté qu'ils ont prises pour toujours. Et le plus choquant est que chaque nuit vous dormez tranquille, un torero.

 

Julio Ortega Fraile

Délégué GRATUIT! Pontevedra

Publié dans La corrida c'est quoi

Commenter cet article

Eléonore Visart 15/08/2011 13:34


Quels pauvres idiots...que cette humanité là, disparaisse, au plus tôt sera le mieux! Bon débarras, aller brûler en enfer...


Pression Ethique Anti-Corrida Europe 15/08/2011 18:18



Je ne sais pas si l'enfer existe mais on pourrait plagier Dante :


"Vous qui entrez découvrir la tauromachie laissez toute espérance."