Le Frêche, le matador à l'école de la mort, bravo à la petite fille inconnue

Publié le par Pression Ethique Anti-Corrida Europe

Le Frêche, témoignage de Roswitha qui a manifesté le 8 Novembre contre la présence dans une école d'un matador venu faire l'apologie de la mort... Le directeur de l'école avait tout simplement oublié l'arrêté stipulant que dans un cas comme celui-ci les associations doivent être présentes. L'est pas belle l'éducation dite nationale de notre république dite Une et Indivisible ? Ceci bien sûr dans l'indifférence générale des politicars politiciens, de droite comme de gauche... Au fait, en 2012 j'espère, les taureaux voteront...

 

corrida et enfance, la fin de la compassion

 

Manifestation anti-corrida au Frêche le 08. 11. 2011
 
D`entrée il est à signaler que le journal SUD OUEST Landes est comme beaucoup d`autres un journal pro-corrida qui pratique la censure. Il fait disparaître de son espace de discussion les commentaires déviant trop de ses propres visions de la tauromachie, ceci de facon totalement anti-démocratique. C`est ainsi que quatre sur cinq de mes commentaires ont été retirés très rapidement après leur parution. La liberté d`expression est donc plutôt réduite.
 
L`article du SUD OUEST Landes du 9 novembre, commentaire de notre action devant l`école du Frêche, était donc, comme on pouvait s`y attendre, bien partial, puisqu`il donnait la parole uniquement au maire de cette petite commune , tout par hasard un aficionado assidu.......
Si l`article rapporte que le maire était venu à la rencontre des manifestants, ce n`est pas tout à fait exact : le maire se tenait à distance, adossé contre un mur, c`est un manifestant qui l`a invité de s`approcher en l`assurant que nous n`étions pas des gens dangereux.
 
Mais nous étions traités comme tels, surveillés par un certain nombre de policiers et de gendarmes,  comme des personnes potentiellement violents, l`article précise : " pour prévenir d`éventuels débordements" . Pourtant nous sommes venus qu`avec des banderolles, nous n`avions ni piques, ni banderilles,  ni harpons, ni armes blanches, ni couteaux, ni poignards, tous des armes dont eux, les tortionnaires des taureaux, se servent.
 
L`école était transformée en bunker, ou en prison ? Tous les volets étaient fermés, les enfants étaient interdits de récréation, "par mesure de précaution", il y avait un silence de mort. On imagine facilement l`endoctrinement qui leur a été dispensé en faisant naître ce sentiment d` oppression nettement perceptible.
 
L`article s`efforce de simuler une intention gentille, sympatique et conviviale de la part du matador ( en espagnol tueur ) qui "voulait échanger avec les élèves", et il cite encore et encore le maire qui affirme que " les manifestants n`ont pas compris le but et l`intérêt de cette rencontre.", qu`"ils sont restés campés sur leur position".
Oh oui, bien sûr, au brillant de ses paillettes, ce jeune tortionnaire, originaire de ce village, moitié délabré et perdu  dans les Landes, avait l`intention de les initier à "l`art" de la violence, à la cruauté "éthique", à la mort "mystique" par assassinat "esthétique", à la barbarie  joyeuse et conviviale où une musique entrainante doit cacher le caractère brutal et vulgaire des acteurs et spectateurs..
 
Dans l` article du SUD OUEST, pas un mot de l`illégalité de cette intention taurine, puisque tout prosélitisme à l`intérieur de l`Ecole est formellement interdit, donc aussi celui des taurins. Le maire et la directrice devaient le savoir. Mais ils ont tenté le coup pensant qu`il passerait inapercu. Cependant il y avait une petite élève courageuse qui a dénoncé ces machinations à la suite de quoi elle a été punie par son institutrice.
BRAVO PETITE FILLE INCONNUE !!!
 
En partant, nous avons promis : "Chaque fois qu`il y aura une tentative de ce genre, nous serons là."
Roswitha
Encore BRAVO A LA PETITE FILLE INCONNUE qui a osé dire ce que les enfants manipulés auraient tu pour ne pas déplaire aux grands adeptes des tortionnaires d'animaux.

Publié dans Enfance et corrida

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roland Paret 20/11/2011 20:30

Bravo pour cet article et la présence de personnes respectueuses de la vie devant cette école. Néanmoins,il serait bon de préciser où et quand la photo qui illustre l'article a été prise pour
éviter des malendendus possibles.
Amicalement.

Pression Ethique Anti-Corrida Europe 29/01/2012 07:24



Merci Roland, je transmets...


.