Corrida de A à Z, une histoire trouble... par Elisabeth Hardouin Fugier

Publié le par Pression Ethique Anti Corrida Europe

Une histoire trouble ou troublée… le dernier libre d’Elisabeth Hardouin-Fugier

 

Elisabeth HARDOUIN-FUGIER présentera ses livres au prochain salon de Tours. Elle vous les dédicacera avec sa bienveillance habituelle et sa volonté sans faille de débusquer dans les moindres recoins de l’Histoire les subterfuges des « taurtureurs », comme elle le dit elle-même de "ruser". Elle prend à son propre piège le "MATADOR", dévoilant sans fard sa face de DONNEUR DE MORT impitoyable mais lâche car obligé de recourir à la tromperie et à la dissimulation pour justifier sa cruauté et une pseudo finalité mystique qui ne leure plus que les faibles et les demeurés.

 

Salon des Femmes Ecrivains

 

"Chapitre de Femmes"

 

Tours, Hôtel de Ville 

  11 et 12 juin 2011

 

 

 

Salon des Femmes Ecrivains "Chapitre de Femmes"

Hôtel de Ville - Tours 11 et 12 juin 2011


A TROUBLED HISTORY


London, Reaktion Books, 208 p. 182 ill, 19,95 £

 

"THE FIRST-EVER-CROSS-CULTURAL STUDY OF THE SUBJET, ELISABETH HARDOUIN-FUGIER EXAMINES AT LENGTH AND IN DEEPTH THE CORRUPTIONS, CRUELTIES AND DELUSIONS THAT OVER THE CENTURIES HAVE MADE AND SUSTAINED THE WORLD OF CELEBRITY CAPE-AND-SWORD "ARTISTES" DECKED OUT IN FANTASTICALLY GAUDY SUITS. ... THIS BOOK CONSIDERS THE SOCIAL AND ECONOMIC ORIGINS AND EXPANSION OF BULLFIGHTING OVER THE CENTURIES, CHANGES IN DRESS AND PERFORMANCE CODES, BREEDING, THE ARCHITECTURE OF THE BULLRING, TOURISTS, REVENUES, SEAT PRICES, SUBSIDIES, CELEBRITY... AND MORE FOR THIS RICHLY ILLUSTRATED INVESTIGATION INCLUDES WORKS BY NUMEROUS ARTISTS, AMONG THEM PICASSO, MANET, DALI AND OF COURSE GOYA, AS WELL AS A FASCINATING VARIETY OF POSTERS AND OTHER EVENTS EPHEMERA."  

 

1- Fighting Bulls  

2 Capital Punishment 

3- Plaza and Bullring 

4- What Travellers Saw 

5- Nineteenth-century Spain and Latin America

6 Bullfighting, Art, Opera and Dance

7 Beyond Spain

8 The Influence of Art, Film and History

9 In the Twentieth Century

10 Moderne Times

11 The Fight against Bullfighting Today

References Photo Acknoswledgements, Index 

.  www.reaktionbooks.co.uk

 

  elisabeth-hardouin-fugier-livres-sur-la-corrida.jpg

 

LA CORRIDA DE A À Z


 Tours, Alan Sutton BP 9060037541,

Saint-Cyr sur Loire, 0,230 x 0,165; 128p., plus de 100 illustrations, 23 euros.

 

UNE DOCUMENTATION MISE À JOUR, DONNANT DES RENSEIGNEMENTS PRÉCIS, SUR LES ARMES, LES BLESSURES, LES PHASES DE LA CORRIDA, SES SPECTATEURS, SON ACCUEIL, PRÉSENTÉE EN THÈMES FACILES ET RAPIDES À CONSULTER, ACCOMPAGNÉS D'UNE ILLUSTRATION DE QUALITÉ, ET TRÈS VARIÉE, DE GOYA AUX PLAQUES EN VERRE DES LANTERNES MAGIQUES.

www.editions-sutton.com

 

A comme arène, B comme banderille, C comme cheval, l’alphabet semble fait pour accueillir la corrida.  Si l’on regroupait les notices par sujets, on trahirait l’ordre alphabétique, mais on découvrirait quatre thèmes principaux :

1-TECHNIQUE

Le Cheval*, porteur du picador armé de sa pique, ouvre le premier acte (tercio). Au second tercio, les Banderilles* rappellent la chasse, tandis que  les étoffes des capes évoquent un ancien vêtement rural (Quite*). Au-delà de son emploi pour tuer le taureau, l’Epée*  du troisième tercio, se veut un souvenir nobiliaire. Plus général, le Scenario* analyse le décor mais aussi son envers, tandis qu’un Zapping* donne l’essentiel des autres spectacles taurins, non sanglants, que représentent  de nombreuses Gravures* depuis Carnicero et la magistrale Tauromaquia de Goya (1816). Une lanterne magique, munie de ses plaques de verres, aujourd’hui très rares, rassemble dans Kaléidoscope*, les épisodes de la corrida.

2- ACTEURS

Parmi les acteurs en piste voici les toreros, que les Espagnols appellent tueurs (Matador*), parfois des femmes (Univers des genres*), mais aussi des enfants comme le fut Juli*(el), des banderilleros (Banderilles*), et le picador sur son Cheval*, sans oublier les rôles-titres de la corrida : lesTaureaux* et  Madame la Mort dont c’est la Fête*.

3- ÉPOQUES

La corrida n’échappe pas à son époque : née en péninsule Ibérique*, elle aborde la France grâce aux talents littéraires du Romantisme* avant que Napoléon III* ne l’impose, bien servi par le talent de Gustave Doré.  La tonitruante exposition Universelle de Dix-huit-cent-quatre-vingt-neuf*  (1889) et plus tard, un après-guerre dominé par l’aficionado Picasso* diffusent en France une image lénifiée de la corrida. Mais bientôt le Web*profite à une Opposition* qui conteste des Lois* qualifiées de plaisanterie et un financement par des fonds publics qui chagrinent les contribuables.

4-LIEUX

Le Sud-Est français et sa Camargue bénéficient à la fois des plus anciens élevages de taureaux espagnols acquis par Joseph Yonnet* et de deux superbes Arènes* antiques. Pour le Sud-ouest, Hagetmau est une capitale de l’aficion, des arènes neuves et de la presse taurine.

Le berceau de la corrida est évidemment la péninsule Ibérique* et la langue espagnole émaille notre Vocabulaire* tandis que la cité espagnole de Xeres*, grâce aux taureaux monumentaux d’Osborne, célèbre la  trilogie euphorisante, tabac-alcool-corrida.

Dans cette quatrième enquête  taurine, ciblée sur la corrida française, E. Hardouin-Fugier propose une initiation efficace qui ruse avec l’alphabet pour informer solidement. Par exemple, chacun des tercios, désigné par l’arme utilisée (pique, banderille muleta ou épée) est accompagné d’une autopsie du taureau combattu, exécutée par des vétérinaires qualifiés, montrant les effets d’une des 17 armes qui se succèdent en piste.

Des enquêtes inédites sur les financements locaux des corridas actuelles,  le rôle des capitaux industriels dans l’implantation des corridas en Camargue, détruisent bien des légendes.

L’auteure va jusqu’à analyser, schéma à l’appui, la passementerie des vestes  de torero, dont les 6500 glands se constituent en boulier de morts toujours recommencées.  Celui qui s’en revêt porte le nom de matador, dont tout Espagnol comprend la signification,  c’est pourquoi  un Vocabulaire trouve place dans ce  livre ; au-delà des mots, il renseigne sur des faits (nombre de corridas).

Les nombreuses illustrations vont des sanguines de Goya aux plaques de verre des lanternes magiques, du taureau camarguais en bois d’ un manège enfantin à de gros plans sur le taureau en piste, arrachés à l’éloignement d’un spectacle avare de ces détails.


Contact : elis.hardouin.fugier@wanadoo.fr

Publié dans La corrida c'est quoi

Commenter cet article